Pâques ou le grand passage (suite)...

Au terme de quarante jours de marche, voici que nous entrons à la suite de Jésus dans Jérusalem. Nous le savons bien, aux acclamations « hosanna, hosanna » de la fête des Rameaux, succèderont les « crucifie-le ! » du vendredi saint et l’allégresse des « alléluia ! » dans la nuit de Pâques.


Sommet de la liturgie, la Semaine Sainte est ce temps privilégié pour vivre intensément notre communion au Christ, pour le suivre dans sa passion, sa mort et sa résurrection. Durant le triduum pascal, les lectures de la Parole actualisent l’histoire du salut et le langage de la liturgie prolonge notre méditation. C’est avec tous nos sens que nous vivons la Semaine Sainte, le regard et le cœur tournés vers Jésus. C’est le chemin de foi de tous les chrétiens.

"Pâque ça se prépare"

Le jeudi saint, nous faisons l’expérience de la joie et du don

Jésus rassemble ses apôtres et les fait entrer dans le mystère de l’eucharistie : « Vous ferez cela en mémoire de moi ». Avec le partage du pain et du vin, Jésus nous fait passer de l’ancienne à la nouvelle alliance. Lavant les pieds de ses amis, Jésus donne un commandement nouveau : « Aimez-vous les uns, les autres comme je vous ai aimés ». Puis Jésus se retire au jardin de Gethsémani pour prier.

Proposition catéchétique à vivre en famille  : « Jeudi saint, à l’âge de l’éveil à la foi ».

Le vendredi saint, nous faisons l’expérience de la mort

Jésus, défiguré par la souffrance, est humilié sur le bois de la croix. Dans le récit de la passion, nous contemplons Jésus, innocent et pourtant livré à la méchanceté des hommes. Doux et humble de cœur, au cœur de la souffrance, Jésus porte sur lui nos passions, nos souffrances, nos difficultés, nos péchés. Il choisit de poser un acte de confiance et de pardon : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23,34). C’est au cœur de la souffrance de la croix que se révèle son amour. Il s’agit pour nous de demeurer avec Jésus dans sa Passion.

Propositions catéchétiques à vivre seul, en famille, en groupe de KT :

Écouter  : les 7 paroles du Christ en croix de César Franck. Concert à la cathédrale St Jean le mardi 27 mars 2018 à 20h15. Commenté par le Cardinal Barbarin.

Méditer  : avec les sept paroles du Christ sur la croix :
- « Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font » (Luc 23:34)
- « En vérité, je te dis : Aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis » (Luc 23:43)
- « Femme, voilà ton fils » et « Voilà ta mère » (Jean 19:26 et 27)
- « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Matthieu 27:46) ; (Marc 15:34)
- « J’ai soif » (Jean 19:28)
- « C’est accompli » (Jean 19:30)
- « Père ! entre tes mains je remets mon esprit » (Luc 23:46)

DVD : « Roulez la pierre ». Chemin de croix de Benoît Mercier.

Le samedi saint, nous faisons l’expérience du silence

C’est l’épreuve du silence du tombeau, le temps des larmes et de l’attente. « C’est le jour où Dieu est caché ». C’est un jour de deuil, de profond recueillement où Jésus rejoint ceux qui attendaient au séjour des morts. En les libérant de la mort, il leur offre le salut ; c’est l’article de foi que nous proclamons dans le symbole des apôtres (le Credo) le dimanche à l’eucharistie. À l’exemple de Marie, il s’agit de méditer dans son cœur, les évènements et la parole entendue : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. » (Lc 2,34-35)

Propositions catéchétiques à vivre seul, en famille :

Méditer : (proposition pour les adultes) homélie ancienne pour le grand et saint samedi – « Eveille-toi, ô toi qui dors » - Office des lectures du samedi 31 mars – AELF

Prier : avec les enfants au coin prière
- Place une icône du Christ, allumer la bougie
- Faire un beau signe de croix
- Chanter le refrain d’Aimer c’est tout donner (texte : sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus – musique : frère Éphraïm – arrangements : Frère Pierre-Étienne – Communauté des Béatitudes, 1992)
- Faire silence et penser à une parole de Jésus qui nous as touchés
- Partager chacun à haute voix, cette parole.
- Remercier : « merci Seigneur, pour … »
- Dans « Seigneur, apprends-nous à prier », p. 82 - Edition Tardy - lire la prière aux enfants
- Inviter de nouveau à faire le signe de croix.

À la vigile pascale, nous faisons l’expérience de l’allégresse

Dans l’obscurité de la nuit, apparaît la lumière d’une espérance nouvelle : Jésus n’a-t-il pas dit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. » ? (Jn 2,19)

Dans la nuit, c’est la joie qui éclate car la mort est vaincue ! La résurrection du Christ nous ouvre à une vie nouvelle. C’est toute la liturgie qui célèbre et ravive la mémoire de l’histoire de l’alliance de Dieu avec les hommes. C’est au cœur même de la nuit que Dieu écrit les grands évènements du salut : la nuit de la création « il y eut un soir, il y eut un matin, premier jour », la nuit de la sortie d’Egypte et de la libération du peuple élu, la nuit de la naissance de Jésus, la nuit du tombeau. Temps d’action de grâce, temps de veille qui nous fait entrer dans le mystère pascal. Appelés à naître de cette vie divine, les catéchumènes reçoivent le sacrement du baptême au cours de la vigile pascale. Et, l’ensemble des baptisés renouvelle leur profession de foi.

Propositions catéchétiques à vivre seul, en famille, en groupe de KT :

« jeu de cartes autour du mystère pascal »

Au matin de Pâques, nous faisons l’expérience de l’espérance

La nuit ouvre sur le matin. A l’aube d’un jour nouveau, les femmes découvrent la pierre roulée du tombeau. Le tombeau est vide. Jésus est ressuscité dans le mystère de la nuit. Les disciples restent en retrait. Que croire ? que penser ? Aujourd’hui encore, nous nous appuyons sur les témoignages des femmes, premières messagères de la résurrection, pour dire : « Le Christ est ressuscité ! » et dans un acte de foi, nous répondons : « il est vraiment ressuscité ! »
« Pâques, Ascension, Pentecôte, un seul et même mystère »

Pour entrer dans le mystère pascal, il faut du temps ! la liturgie nous propose 50 jours après Pâques pour intérioriser et approfondir ce que nous avons vu et entendu. Nous portons tous en nous, une part d’ombre et de lumière mais si nous traversons la nuit de la crucifixion avec le Christ, nous trouverons la lumière du matin de Pâques. Et nous en serons témoins.

« Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! »

- publié le 20 mars 2018- >Version imprimable de cet article Version imprimable